Côte d'Ivoire
 

Le MDP

Le MDP est un mécanisme de flexibilité du Protocole de Kyoto qui permet aux pays de répondre en partie à leurs objectifs de réduction des émissions en achetant des réductions certifiées des émissions résultant de projets mise en œuvre dans des pays sans obligation de réduire les émissions.

L'augmentation des preuves scientifiques de l'interférence humaine dans le système climatique mondial a conduit la communauté internationale à adopter la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC). La CCNUCC a été ouverte à la signature en 1992 et est entré en vigueur en 1994.

La Convention fixe pour tous les pays un engagement général pour gérer les changements climatiques, de s'adapter à ses effets, et de présenter leurs actions de mise œuvre de la Convention. La Convention divise les pays en deux groupes: les Partis de l'annexe I de la Convention sont les pays industrialisés qui ont historiquement plus contribué au changement climatique, et les Parties non visées à l'annexe I, qui comprennent principalement les pays en développement.

Les principes d'équité et de «responsabilités communes mais différenciées" contenue dans la Convention, requièrent des Parties Annexe I de prendre les devants dans la restitution de leurs gaz à effet de serre (GES) aux niveaux de 1990 d'ici l'an 2000. Il a également été décidé que les engagements post-2000 seront seulement destinés aux Parties de l'Annexe I, décision qui a été ensuite inscrite dans la Convention via le Protocole de Kyoto.

Le Protocole de Kyoto établit une obligation juridiquement contraignante pour 38 pays industrialisés et 11 pays d'Europe centrale et orientale afin de réduire leurs émissions de GES aux niveaux de 1990 au cours de la période d'engagement 2008-2012. La réduction des émissions agrégées des pays Annexe I représente 5,2% des émissions totales de GES de ces pays de 1990.

Le Protocole de Kyoto permet aux Parties de l'annexe I de remplir leurs objectifs d'émissions par la réduction des émissions dans d'autres pays, afin de réduire les coûts connexes. Le protocole établit trois mécanismes de flexibilité à cet effet:

International Emissions Trading permet aux pays de transférer une partie de leurs «droits d'émission» (unités de quantité attribuée).

Mise en œuvre conjointe (MOC) permet aux pays de demander un crédit pour la réduction des émissions qui résultent de l'investissement dans d'autres pays industrialisés. Ce mécanisme conduit à un transfert d '"unités de réduction des émissions» entre les pays.

Le Mécanisme de Développement Propre (MDP) permet aux pays de l'Annexe I d'acheter des réductions d'émissions provenant de projets réalisés dans des pays non-Annexe I. Le MDP génère des Unités de Réductions Certifiées des Emissions (URCE) pour une utilisation par les pays de l'Annexe I ou aux entreprises de répondre à une partie de leurs engagements de réduction des émissions. Les projets MDP doivent contribuer au développement durable dans le pays d'accueil et doivent être complémentaires, c'est-à-dire  qui ne se seraient pas réalisés en l'absence du MDP.

En résumé, le MDP est l'un des mécanismes de flexibilité établis dans le Protocole de Kyoto. Dans le cadre du MDP, les réductions d'émissions générées par les projets réalisés dans les pays non-Annexe I sont vendues aux pays de l'Annexe I comme un moyen de réduire les coûts des objectifs de réduction de ces derniers.

Des renseignements détaillés sur le MDP sont disponibles sur le site CD4CDM.
Des informations supplémentaires sur le MDP suite au projet ACP-CD4CDM sont disponibles sur les pages de publication du site global et les sites des pays.

    Dernière mise à jour: 12 octobre 2011



    N.B.
    Ce site web a été réalisé avec l’assistance de l’Union Européenne.